• Marie D

Quand la question de la vocation religieuse se pose (4ème partie)

Quelques éléments pour un discernement…


Nous achevons notre réflexion commencée dans trois premières publications. Il s’agit de quelques remarques sur ce thème, quelques repères, quelques éclairages peut-être. Cet article est composé à partir de mes lectures, de mon expérience personnelle, de ma formation, d’entretiens avec des religieuses ; il n’a pas argument d’autorité. Pour un enseignement à proprement parler, plus rigoureux, il faudrait se tourner vers une personne plus compétente, un prêtre formé, une maîtresse des novices, un accompagnateur formé par l’Église au service des vocations… J’indique quelques pistes en fin d’article, pour approfondir le sujet.



Dans une 1ère partie, nous avons abordé les questions :

Qu’est-ce qu’un état de vie ?

Qu’est-ce que la vocation ?

Qu’est-ce que le choix d’un état de vie ?

Qu’est-ce que l’appel à la vie religieuse ?


Dans une 2ème partie, nous avons abordé les questions :

Qu’est-ce qu’aimer ?

En quoi aimer me donne-t-il de grandir en liberté ?

Et Dieu dans tout ça ?

Comment voir les signes de la présence de l’Esprit-Saint ?

Comment Dieu appelle-t-Il ?


Dans une 3ème partie, nous avons abordé les questions :

Que faire de nos doutes ?

Comment faire la différence entre le mal-être et les tentations qui nous écartent de la volonté de Dieu ?

Comment ajuster, dans mon discernement, la part de projet personnel, et la part d’abandon à la volonté de Dieu ?


Enfin, dans cette 4ème partie, nous proposons des pistes concrètes :

Concrètement, comment répondre à ce que je pense être un appel à la vie religieuse ?


(Il s’agit de remarques lues ou entendues çà et là. Lorsque j’ai indiqué la source dans mes archives personnelles, je la précise dans cet article.)




Concrètement, comment répondre à ce que je pense être un appel à la vie religieuse ?


Au sein de ma vocation baptismale, je sens le désir de répondre à un appel pressant à tout donner pour vivre la vie religieuse. Voici quelques pistes concrètes qui peuvent m'aider :



Prendre le temps de répondre à des questions qui me guident :


Jésus, Toi qui me connais mieux que quiconque et que moi-même, Toi qui connais ce lien secret d’amour qui m’unit au Père, qu’attends-tu de moi ? M’appelles-tu à une vie consacrée ? A laquelle ? Comment puis-je le mieux vivre de l’amour de Dieu pour moi et pour mes frères ? « Parle, Seigneur. Ton serviteur écoute ! »


Est-ce que je veux tout donner pour suivre Jésus dans la vie religieuse ?

Est-ce que je suis à l’écoute ? A l’écoute de la Parole de Dieu (dans l’Écriture sainte, dans la voix d’un conseiller, dans les événements, dans les rencontres…) ? Quelle(s) parole(s) de Dieu fait (font) le plus écho en moi ?

Est-ce que je prends le temps de nourrir dans le silence ma relation avec le Christ pour découvrir ce qu’Il attend de moi ?

Ai-je ouvert en vérité toutes les possibilités pour moi ? Parfois, nous fermons sans toujours nous en rendre compte des portes qui nous mèneraient pourtant vers notre chemin de bonheur. Il n’y a pas de vraie vocation sans liberté. Envisager en vérité toutes les possibilités, sans se crisper sur tel ou tel chemin, est une manière de vivre cette liberté intérieure. Envisager tous les possibles, pour en choisir un, et renoncer aux autres.

Ai-je regardé où mes désirs les plus profonds trouvent la liberté de se développer ?



Confier les désirs de mon cœur à Dieu, et à un accompagnateur spirituel. La décision finale ne me sera révélée par aucun autre intermédiaire que moi-même. Mais il est important de demander des éclairages sur certaines de mes questions, et d’écouter les questions de mon accompagnateur. Jamais ce ne sera à lui de me dire que faire, où m’engager. Mais ses questions peuvent me guider.


Vivre des expériences concrètes. Il est important de ne pas rester dans le discernement intellectuel, de ne pas rester « dans sa tête », de ne pas imaginer d’hypothétiques projets. Vivre un séjour dans une communauté religieuse permet de mettre du réalisme dans ma réflexion.


Me rendre dans la communauté qui m’attire. Le meilleur moyen de confronter mon désir avec la réalité, c’est de tisser des liens avec la communauté qui m’attire : faire quelques séjours à l’hôtellerie du monastère ou de la communauté religieuse.


Il convient d’être attentif à l’aspect affectif. Une communauté peut m’attirer ou me repousser en premier lieu. Aucun de ces deux mouvements ne suffit pour écarter ou choisir ce lieu d’expérience et de discernement. Quelle communauté offre les points essentiels qui habitent mon désir de vie consacrée ? Si les éléments sont là, il est important de vivre un temps dans cette communauté. Au-delà de l’attirance peut alors m’apparaître une inadéquation ; au-delà du mouvement premier de recul peut surgir une attirance non sensible mais profonde.


Ces expériences concrètes donnent des points de repère et ciblent mes réponses à mes questions personnelles.


Une difficulté aujourd’hui apparaît dans le monde où nous vivons : il reste très peu de place pour le silence, pourtant propice à l’écoute de la volonté de Dieu. Même si nous arrivons à éviter le bruit des communications diverses (réseaux sociaux, multiples outils…), nous sommes souvent emportés dans un tourbillon d’activités, de sollicitations diverses. Il existe des lieux de retraite qui permettent de s’éloigner de ce bruit. Il existe également des propositions dans la durée : vivre une année de Propédeutique pour les hommes, ou une année de disponibilité pour tous (écoles de vie ou autres…), telle que la proposent plusieurs communautés et diocèses.


Rien ne remplace le « vivre avec ». C’est en passant du temps dans telle ou telle communauté que je verrai peu à peu si ce type de vie m’appelle, si cette communauté est porteuse ou non. Un point de discernement mérite d’être souligné encore ici : s’il est normal et bon que ce discernement passe par des liens d’amitié qui se tissent, ces liens ne suffisent pas à déterminer un choix de vie consacrée. Là encore, l’accompagnement m’aidera à être lucide.

Il n’est pas nécessaire de faire le tour de toutes les communautés qui nous semblent intéressantes ! Cela risque d’être long et de conduire à une indétermination chronique ! Selon les critères de ce que désire mon cœur profond, le choix de ces séjours se fera par les occasions et dans l’échange avec l’accompagnateur.



A Jésus, par Marie ! Confier tous ces désirs et questionnements à notre Mère du Ciel !




Pour aller plus loin, liste de livres non exhaustive :

Lettre aux jeunes sur les vocations, Thierry-Dominique Humbrecht

Une liste est proposée ici sur ce thème :

https://www.librairie-emmanuel.fr/vie-religieuse-et-vie-consacree-c-520



en naviguant sur le web :

https://www.mavocation.org/appele-a-quoi/vie-religieuse-consacres-moine.html

https://www.mavocation.org/discerner/choisir-vocation.html

https://www.viereligieuse.fr/Les-signes-d-une-vocation-a-la-vie

https://www.jesuites.com/lappel-5-etapes-pour-mieux-discerner-vocation/

https://www.youtube.com/watch?v=vn8nahIcKGg

https://www.youtube.com/watch?v=nplngNDT6b8