top of page

Le sommeil.. la clé d'un quotidien serein

intéressant


L’année se lance tranquillement, le rythme est pris … mais le sommeil, lui, n’est pas forcément au rendez-vous. C’est pourtant le « nerf de la guerre » et sans nuit réparatrice, les journées s’annoncent compliquées, quelque soit notre état de vie.

Le plus important va être de trouver la cause de ce sommeil absent, est-ce une mauvaise habitude alimentaire, dans le quotidien ? Est-ce dû au stress, à des angoisses ? bref… il va falloir chercher.


1) Des habitudes saines


La première habitude à mettre en place, est d’envoyer à notre cerveau les bonnes informations au bon moment. Le rythme des repas est une base à ne pas négliger, on vise donc trois repas par jour avec si possible un petit déjeuner protéiné (un œuf, un bout de fromage, du jambon...). On essaye de prendre le dernier repas 2h avant le coucher, au moins, le temps que le corps digère tranquillement. Et petite astuce qui va ravir les gourmands, le gouter pris en milieu d’après midi va permettre la sécrétion de sérotonine qui permet la synthèse de mélatonine, hormone indispensable pour bien dormir. L’apport d’aliments riches en tryptophane comme une banane, du chocolat parait ici tout à fait indiqué. Le tryptophane étant le précurseur de la sérotonine. En revanche mieux vaut éviter les excitants après 16h, comme le café, le thé etc... mais cela reste du bon sens.


L’autre bonne habitude va être de bannir les écrans de la chambre à coucher… rien ne vaut un bon livre pour s’endormir rapidement. La tentation est moins grande de perdre un temps infini à regarder des vidéos qui, finalement, ne nous intéressent pas. On laisse donc son téléphone à charger dans la cuisine et on part dormir tranquille.


Pour finir, sortez marcher, sortez vous mettre au soleil, votre nuit vous remerciera.


2) S’occuper des causes


Si la cause principale, de ce sommeil de mauvaise qualité, est le stress, le Magnesium sera le premier complément à mettre en place. On vise des formes bien assimilables comme le bisglycinate ou le citrate et on suit les posologies indiquées par les laboratoires. L’astuce étant d’étaler la prise sur toute la journée.

Les Omega 3 seront aussi très intéressants car, en favorisant la perméabilité membranaire, les neurotransmetteurs sont mieux gérés et peuvent travailler au mieux. On peut en apporter dans son assiette mais aussi en compléments si besoin.


Niveau plantes j’aime beaucoup conseiller dans ce cas l’Ashwagandha qui, s’il est pris le soir, permettra d’avoir un meilleur sommeil et un endormissement plus facile. Nos ancêtres l’avaient bien compris puisque son nom latin est : Withania Somnifera. On suivra les posologies du laboratoire, mais je vous conseille de l’utiliser plutôt en gélules car la poudre n’est pas très gouteuse.


En gemmothérapie, mes deux préférés sont le bourgeon de Figuier : qui permet un meilleur endormissement en stoppant les ruminations du soir. Et le bourgeon de Tilleul qui lui va agir plus en profondeur, notamment sur les angoisses. Quinze gouttes par jour pendant trois semaines sont la posologie la plus courante, à adapter en fonction de votre poids.


Les insomnies de la femme enceinte, sont plus physiologiques surtout en fin de grossesse, mais certaines plantes pourront aider, notamment en gemmothérapie.

De même pour les femmes il est interessant de noter si le sommeil est moins bon à certains moments du cycle, car cela peut signer des carences hormonales.


3) Les grandes plantes du sommeil


Les plantes sont, depuis toujours, utilisées pour favoriser un bon sommeil. On retrouve différents groupes, les anxiolytiques, les sédatives et les hypnotiques.


Les anxiolytiques, vont « tuer » l’anxiété étymologiquement. On y retrouve la camomille matricaire, bien connu des enfants, la marjolaine, amie des mères de famille et personnes en hypervigilance, la valériane et le pavot de Californie, appelé aussi Eschscholtzia. Je conseille facilement la Matricaire, qui est très douce et pourtant vraiment efficace, elle gère le stress et l’émotivité. On en prendra une tasse le soir, avec 1 cac de plantes. La marjolaine, quant à elle, est spécialement forte car elle permet au corps de passer du système sympathique au système parasympathique : de l’hypervigilance à la confiance. On l’utilise en infusion, 1 cac par tasse, ou en olfaction avec l’huile essentielle de Marjolaine à coquilles. La valériane est plus forte, je ne la conseille que dans certains cas. En effet elle peut aggraver des cauchemars si la personne en fait et elle a une légère accoutumance. En revanche sur du court terme ou pour certains cas précis elle fait des merveilles car elle allie des qualités anxiolytique et myorelaxante. C’est donc une plante parfaite pour le bruxisme. Pour terminer le Pavot de Californie pris à faible dose aura un effet particulièrement intéressant pour les angoisses légères, le stress etc…


Pris à haute dose il change de catégorie pour se retrouver chez les plantes sédatives. Il va raccourcir le délai d’endormissement et allonger la phase de sommeil. Il calme aussi les cauchemars. On l’utilisera en infusion ou en teinture mère. La passiflore est aussi particulièrement intéressante car c’est une sédative du système nerveux central et périphérique, elle est parfaite pour ceux qui se retournent vingt-cinq fois dans leur lit sans pourtant réussir à s’endormir. On l’utilisera à petites doses car elle contient des alcaloïdes, je la conseille en teinture mère qui est plus facile d’utilisation. Dans les sédatives se retrouvent plusieurs huiles essentielles, qu’on va utiliser en olfaction, la lavande fine ou vraie est intéressante pour toute la famille. En gemmothérapie, j’aime particulièrement l’aubépine qui va tranquilliser le cœur et l’esprit.


Les plantes hypnotiques ont pour action d’induire le sommeil, on y retrouve la valériane, déjà vue, la passiflore et le pavot. Il nous reste le Tilleul qui, relégué à une boisson de grand-mère ne parait plus crédible… et pourtant… Il rééquilibre le système nerveux, relaxe, et débloque les mécanismes d’endormissement. Ce sont les inflorescences qui sont infusées une petite dizaine de minutes, on pourra en boire une tasse juste avant le coucher et ensuite filer au lit avec un bon livre. Si vous n’aimez pas particulièrement son gout, ajoutez-y de la verveine citronnée. Elle apportera une note plus légère et plus douce, tout en apportant ses qualités calmantes et même antidépressives.



Bref on pourrait développer encore un peu les plantes mais je pense qu’entre les habitudes à mettre en place et ces fleurs/feuilles/teintures à mettre dans vos placards, vous voilà assurés de passer une bonne nuit. Bien sûr ces conseils ne se substituent pas à un suivi médical, s’il est nécessaire, mais permettront à certains de passer de meilleurs nuits…

Comentários


bottom of page