Cultive ton jardin


Chère sœur,


La Toussaint arrive. Cette fête que l’on aime tant car elle évoque le Ciel, ce temps hors du temps où seront réunis tous les enfants de Dieu le Père aux côtés de ce Dieu lui-même. La Toussaint, c’est la joie du Ciel sur la Terre, gratuitement, sans d’autre raison que la perspective de siéger autour du Père.


C’est aussi un temps de vacances. Un temps de repos. Un temps pour apprivoiser l’hiver, le faire sien, se familiariser avec ces saisons qui changent. La Toussaint est la transition vers l’hibernation des prochains mois. C’est l’occasion de rentrer dans notre intériorité. De descendre en profondeur dans nos cœurs.


Nous avons pris le temps de lancer notre année. Septembre fut le mois des rentrées, des retours de vacances, de la nouveauté, de la découverte, et ce ne fut pas sans fatigue. Maintenant, un rythme semble pris. Un équilibre se dessine. Le travail a pris sa vitesse de croisière. Les enfants vont à l’école, et font quelques activités pour faire grandir leurs talents.


Et toi, chère petite sœur ? Que fais-tu de tes talents ?



Quand je pose la question, j’ai toutes sortes de réactions :

« Ah mais moi, je n’ai pas de talents. »

« Je ne sais pas quels sont mes talents, je n’ai jamais su d’ailleurs… »

« Pour l’instant, je n’ai pas le temps. »


Certaines pouffent de rire, tant la question leur semble incongrue. Les autres savent chanter, dessiner, parler, coudre, cuisiner, danser. Mais moi, je ne suis bonne qu’à faire mon travail, à nettoyer ma maison et à élever mes enfants (ce qui, bien sûr, est magnifique).



J'aime à rappeler ce que dit Edith Stein à propos de la femme. Elle a besoin de s'épanouir de deux manières. Sur un mode que l'on appelle complétif qui consiste à être une aide gratuite pour l'autre en prenant soin, en écoutant, en étant disponible, en aimant tout simplement, et sur un mode réalisatif qui comporte une grande part d'action: mener des projets, fabriquer, créer, imaginer, inventer, s'engager... C'est cette partie qui nous intéresse !


Savons-nous ce qui arrive à celui, dans la Bible, qui a enterré le talent donné par le maître ?


L’enfer. Tout simplement. L’enfer, et la nudité. Il se voit retirer son seul talent. Il va nu là où il n’y a que pleurs et grincements de dents. C'est assez violent.


Le Seigneur ne nous a pas donné des talents parce que ça décore. Pas pour faire joli. Nos talents ne sont pas des livres à ranger dans une bibliothèque. Il a besoin de nous AVEC nos talents. Il nous les a donnés parce qu’il voulait les faire fructifier. Il a paré le cerisier de fleurs magnifiques pour que ces fleurs deviennent des cerises. "Le talent est ce que les épices sont pour la cuisine", nous dit le peintre André Carpin.


Ne pas avoir le temps, c’est une chose. Mais ne pas connaître ses talents… quel dommage ! Alors qu’aujourd’hui fleurissent les coachings, parcours et livres de toute sorte pour dénicher nos talents, on ne peut pas faire comme si c’était une gageure ?


Mais qu’est-ce qu’un talent ?


Rien de moins que « des aptitudes personnelles », selon le Larousse. Un talent n’est pas quelque chose d’académique, qu’une instance supérieure à nous décrète, c’est une aptitude personnelle, enracinée en nous depuis notre naissance (et même avant), que nous sommes appelés à développer et à faire fructifier.

Personne ne va nous dire

« Toi, tu es doué pour… »

Personne ne va nous annoncer que nous avons une aptitude particulière pour telle ou telle chose. Dans notre enfance, nos parents ont cette possibilité (encore faut-il être un minimum attentif) de déceler une aptitude, une capacité, une tendance...


Mais en vivant, en avançant dans la vie, nous allons nous rendre compte que nous avons

Une aptitude à chanter juste,

Une aptitude à gérer les conflits entre plusieurs personnes,

Une aptitude à jouer d’un instrument,

Une aptitude à préparer une fête,

Une aptitude à sauter dans le vide,

Une aptitude à composer un chant,

Une aptitude à pâtisser,

Une aptitude à rendre service,

Une aptitude à mesurer,

Une aptitude à organiser,

Une aptitude à fabriquer,

Une aptitude à concevoir,

Une aptitude à écrire,

Une aptitude à prier,

Une aptitude à soigner,

Une aptitude à arbitrer,

Une aptitude à observer,

...

Je continue ?


Nous avons tous un ou plusieurs talents. Ce qui est sûr, c’est que nous n’avons pas les mêmes cartes dans notre jeu. Mais nous avons tous des cartes !


J'irais même plus loin: profondément, en dénichant nos talents, nous pouvons découvrir un appel à faire quelque chose, quelque chose qui en dise long de la gloire de Dieu. Car comme le dit Aristote,


"Là où vos talents et les besoins du monde se rencontrent, là se trouve votre vocation."




1 commentaire