top of page

Saint Valentin ou mercredi des Cendres : fallait-il vraiment choisir ?

Vivre ce Carême pour mon époux, afin d'apprendre à l'aimer passionnément



Autour du 9 février, mon époux vint me dire qu’on pourrait peut-être faire quelque chose pour la Saint Valentin. Autant vous dire que c'était la joie ! Que lui, mon époux chéri, pense à cette fête – souvent un peu dédaignée car nous sommes au-dessus des fêtes commerciales, n’est-ce pas ? – me mit vraiment dans la joie, jusqu’à ce que je prenne conscience que le 14 février, cette année, tombait le mercredi des Cendres… Malgré la désillusion, nous en avons presque ri ; je crois que nous n’avons jamais vraiment fêté cette saint Valentin alors il y a quelque chose de comique à l’envisager la fois où elle tombe le jour où l’Eglise nous invite à entrer, par la petite porte, sur le chemin de conversion pour préparer nos cœurs à Pâques, en commençant par une journée de jeûne et d’abstinence.

 

Pourtant, à bien y réfléchir, nos vies conjugales sont parfois des chemins de croix qui nous conduisent jusqu’à Pâques. Nous passons parfois par des épreuves ou périodes de désolation que seul le sacrement du mariage permet de transfigurer. Par ce sacrement, le lien qui nous unit n’est pas seulement humain, mais également divin : nous ne formons plus qu’ « une seule chair ». Cette chair peut être blessée – comme le Christ est blessé dans sa chair lors de sa Passion – mais elle est invitée à la résurrection. Et si nous entrions dans ce Carême en choisissant de le vivre pour Dieu, à travers celui ou celle qu’Il ma donné pour chemin vers le Ciel ? Voici quelques idées pour vivre un Carême en ce sens et choisir dès lors de vivre des efforts en cherchant à ce qu’ils servent le bien de mon conjoint.

 

1.       Vivre l’obéissance par amour ou choisir le réel qui nous est donné de vivre dans notre vie conjugale avec confiance, en union avec Jésus :

 

« Alors Jésus parvient avec eux à un domaine appelé Gethsémani et leur dit : ''Asseyez-vous ici, pendant que je vais là-bas pour prier''. Il emmena Pierre, ainsi que Jacques et Jean, les deux fils de Zébédée, et il commença à ressentir tristesse et angoisse. Il leur dit alors : ''Mon âme est triste à en mourir. Restez ici et veillez avec moi.'' Allant un peu plus loin, il tomba face contre terre en priant, et il disait : ''Mon Père, s’il est possible, que cette coupe passe loin de moi ! Cependant, non pas comme moi je veux, mais comme toi tu veux.'' (Mt 26, 36-39)

 

Parfois, notre vie conjugale peut nous offrir son lot de tristesse et d’angoisse ; parfois même, nous expérimentons la solitude de Jésus au jardin des oliviers, l’époux ou l’épouse ne veillant pas avec nous. Nos chemins de foi sont personnels, et si certains peuvent connaître une forme d’unité par la prière conjugale, d’autres peuvent réellement souffrir de solitude, comme par exemple lorsque le conjoint semble s’éloigner du chemin de la foi. Rendons grâce à Dieu si nous avons la chance de vivre des grâces d’une prière conjugale fidèle ! Supplions-Le de nous donner un jour cette grâce si nous ne pouvons la vivre pour l’instant, et prions, prions pour notre époux ou notre épouse, pour notre foyer, pour notre famille. Ce Carême peut être l’occasion de nous unir à la Passion de notre Seigneur, en vivant l’obéissance par amour pour Dieu, pour notre conjoint. Comme Jésus, acceptons le réel, ce qu’il nous est donné de vivre dans notre vie conjugale, avec une grande confiance et dans un acte d’offrande.

 

Seigneur, je te fais confiance, je sais que tu m’aimes et aimes mon époux/épouse, je sais que tu prends soin de nous. Aussi, pendant ce Carême, vais-je essayer d’accueillir le réel avec gratitude, même lorsque cela m’attriste de prime abord. Donne-moi la grâce d’accueillir mon époux tel qu’il est, sans plus chercher à le changer sans d’abord me convertir moi-même. Convertis mon regard, Seigneur ! Viens briser en moi l’orgueil qui compare, calcule, qui peut même me faire penser que je suis meilleure que lui. Béni sois-tu, mon Dieu, pour (nom du conjoint) que tu me donnes comme chemin vers Toi !

 

2.       Vivre le mystère de la Croix ou choisir d’offrir à mon conjoint mes efforts quotidiens, sans forcément en faire davantage, mais en y mettant une plus grande dose d’amour.


« En sortant, ils trouvèrent un nommé Simon, originaire de Cyrène, et ils le réquisitionnèrent pour porter la croix de Jésus » (Mt 27,32)


Notre vie conjugale nous invite parfois à participer au mystère de la Croix. Ce Carême est l’occasion de re-choisir de vivre le sacrement du mariage : image de l’amour du Christ pour son Église, le mariage porte nécessairement en lui-même le sacrifice de la Croix qui mène à la Résurrection. Cette marche vers Pâques peut donc être l’occasion d’aider Jésus, comme Simon de Cyrène, sur le chemin de croix. Oui, nous sommes invités à offrir à Jésus nos efforts quotidiens, nos sacrifices. Faut-il faire davantage d’efforts ? Parfois, nous portons déjà beaucoup dans nos vies quotidiennes. Il ne s’agit alors peut-être pas tant de choisir de nouveaux efforts, mais davantage de choisir de vivre nos efforts quotidiens en union avec Jésus, en offrande d’amour. Oui, la vaisselle quotidienne, les machines à faire tourner, à étendre, à plier, à repasser, les repas à préparer, les démarches administratives à avancer, les disputes des enfants à gérer, les couches à changer, les nuits saccadées, les conduites, la vie professionnelle ou l’absence de vie professionnelle… autant de choses qui peuvent parfois peser et peser très lourd. Aussi puis-je choisir de mettre une plus grande dose d’amour dans chacune des tâches quotidiennes par amour pour Dieu et par amour pour celui ou celle avec qui j’ai choisi d’aller vers Lui.


Seigneur, tu le sais, je suis parfois fatiguée de porter. Fatiguée de toutes ces tâches domestiques qui sont si répétitives, si invisibles, si peu gratifiantes et souvent mon cœur se trouble en s’embourbant dans le calcul et la comparaison. Donne-moi la grâce de servir dans la joie. Que chacune de mes actions soient l’occasion de poser un acte d’amour envers mon mari/ma femme, et donc envers Toi. Convertis mon cœur, Seigneur ! Viens briser en moi la tristesse qui parfois s’installe, les plaintes qui parfois sont multiples. Donne-moi de sourire dans tout ce qui est lourd, alors ton joug sera léger et facile à porter ! Donne-moi d’offrir à mon époux/mon épouse tout au long de ce Carême tous les sourires de ma journée !

 

3.       Donner ma vie à celui que j’aime et qui parfois me blesse, par des actes très concrets

 

« Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : ‘’Tout est accompli.’’ Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit. » (Jn 19, 30)

 

Le sacrement du mariage comprend le don de notre vie à celui ou celle que nous avons choisi : « Je me donne à toi ». Il y a toujours une mort à soi-même dans la vie conjugale. Aussi ce Carême peut-il être l’occasion de nous unir à Jésus, qui nous donne l’exemple le plus parfait d’une vie donnée, d’une vie livrée par amour. Concrètement, comment puis-je mourir à moi-même pour que vive mon époux/épouse ? Quelles attentions peuvent lui montrer tout mon amour ? Un mot doux, une fleur, des gestes de tendresse, du temps libre, la beauté d’une union conjugale où je me donne à lui pleinement, une attention portée à me faire davantage belle pour lui, une invitation surprise à un déjeuner en amoureux ? … A quoi puis-je renoncer par amour pour lui : peut-être puis-je passer moins de temps sur mon écran lorsque je suis en sa présence ? Peut-être puis-je renoncer à telle remarque acerbe – peut-être légitime – et offrir au Seigneur ce silence ? Ou au contraire, peut-être puis-je renoncer à m’enfermer dans un silence mortifère pour renouer la relation ? Peut-être puis-je aller me confesser ?  


Pour m’aider à vivre ce Carême concrètement pour mon époux/épouse, prendre un petit carnet et y noter une liste d’idées peut aider ! Y noter pour chaque jour le petit pas choisi peut permettre de vivre un Carême plein de créativité ! S’unir ainsi - par des gestes concrets d’offrande d’amour - à notre Seigneur, source de tout amour, nous permettra sans aucun doute de vivre passionnément notre amour pour celui ou celle que nous avons choisi.


Seigneur, tu connais mon époux mieux que lui-même, mieux que je ne pourrai jamais le connaître. Tu sais ce qui est bon pour lui. Esprit-Saint, inspire-moi des actions concrètes pour lui montrer tout mon amour. Donne-moi un cœur généreux qui s’offre tout entier. Viens briser en moi toute paresse, tout dépit, tout ressentiment. Donne-moi de livrer ma vie pour mon époux. 


Il existe sans nul doute d’autres pistes pour vivre ce chemin de conversion et nous tourner vers Dieu en servant notre époux ou notre épouse. N’hésitez pas à donner vos idées en commentaire !

 

Beau et saint Carême à tous !

 


Comments


bottom of page