Rose d'octobre

« Le Bon Dieu fait bien les choses » a-t-on coutume de dire…


C’est bien vrai, et c’est d’autant plus vrai en ce mois d’octobre au cours duquel les plus belles roses de Son jardin sont mises à l’honneur…


Il semblerait même que la petite Thérèse ait été choisie par l’Église pour tapisser la terre de pétales odorants afin de nous rappeler que ce mois est dédié à la Perle du Rosaire.


Irais-je jusqu’à oser dire qu’octobre est un mois pour voir la vie en rose ?


Pourquoi pas…


Souveraine de nos jardins, la plus symbolique des fleurs n’en finit pas de nous offrir, outre son parfum incomparable, ses multiples propriétés.


Pour preuve, voici ce que nous en dit Sainte Hildegarde de Bingen : « La Rose est excellente si on en ajoute aux potions, onguents et autres médicaments ; et ceux-ci sont d’autant meilleurs qu’on leur a ajouté, fût-ce en petite quantité, de la Rose »[1]


Et l’Abbesse de continuer ainsi : « Si on est enclin à la colère, prendre de la rose et à peine moins de sauge, réduire en poudre, et, au moment où la colère jaillit en soi, présenter cette poudre devant les narines ; en effet, la sauge apaise et la rose réjouit. »


Un bien beau remède à prendre si la moutarde vous monte au nez !


De quelle rose nous parle Sainte Hildegarde ?


Comme pour la Sauge, aucune précision ne nous est apportée.


S’il me semble plus que probable qu’il s’agisse de la sauge officinale, au regard des propriétés psycho-émotionnelles de l’huile essentielle de Rose de Damas (Rosa damascena), il pourrait bien s’agir de celle-ci.


En effet, ses indications sont nombreuses et elle est notamment d’un grand secours en soins palliatifs pour apporter paix et réconfort, en agissant notamment sur les blessures de l’âme.[2][3]


De plus, ses propriétés dermatologiques viennent également corroborer les écrits de la Sainte « Si on a sur le corps de petites plaies, y mettre des pétales de rose, on enlèvera ainsi l’humeur. »[4] ; mais il ne s’agit là, bien sûr, que d’une hypothèse.


N’est-il pas doux de réaliser combien celle qui incarne le mieux ce beau mois du Rosaire apporte également à l’Homme, par ses propriétés, la paix de l’âme ?


N’est-ce pas là une invitation à venir déposer aux pieds de Notre Dame une rose par jour , en remerciement de cette pluie de grâce ?[5]


Capucine D.





[1] Physica – Ch. XXII – La Rose – Hildegarde de Bingen – éd. Jérôme Millon [2] Aromathérapie pour les soignants – Anne-Laure Jaffrelo – Dunod- 2019 [3] Traité approfondi de phyto-aromathérapie – Dr Staub et Lily Bayer – Grancher – 2013 [4] Op.cit. [5] L’auteur ne saurait être tenu pour responsable en cas de mauvaise utilisation ou interprétation de cet article.