top of page

Pour des femmes heureuses d'être femmes !

Aujourd'hui, nous interrogeons Raphaëlle Hubin, coach en image. Raphaëlle accompagne les femmes pour les aider à trouver les couleurs qui leur vont bien, ainsi que les formes de vêtements qui les mettent en valeur. Contrairement à de l'esthétique, la colorimétrie navigue en profondeur, comme pour montrer que le vêtement révèle une nature profonde, et que ce n'est pas un simple apparat !



Bonjour Raphaëlle, peux-tu nous dire avec tes mots ce qu'est la colorimétrie ?

La colorimétrie est une approche qui dit qu’il y a des couleurs qui sont de la même lumière que nous, et qui nous mettent en valeur naturellement. Les couleurs sont classées en gammes qui ont des noms de saisons car elles correspondent aux couleurs que l’on trouve dans la nature à ce moment de l’année. Nous portons en nous l’énergie d’une saison, et de manière assez naturelle, ce sont les couleurs de cette saison qui nous mettent en lumière. Il y a un lien entre couleurs et personnalité. Les couleurs qui nous vont correspondent à des données objectives, la couleur de nos yeux, notre peau, nos cheveux, mais aussi de manière plus subtile à ce que nous dégageons. Cette approche est en dehors de la mode, elle nous amène à trouver les couleurs de notre authenticité. Cela peut être un peu vulnérable d’apparaître dans ses couleurs, et il y a un moment pour faire un atelier de colorimétrie, souvent les personnes qui le font sont en transition de vie, elles vivent un changement en profondeur qui les amène à vouloir être davantage elles-mêmes.



Qu'est-ce qui t'a amenée à faire ce métier ?


J’ai vécu pour moi-même un atelier de colorimétrie à un moment où j’étais consultante en entreprise à La Défense, et où j’évoluais dans un univers très normé, et dévitalisant pour moi, où les couleurs de la crédibilité et du professionnalisme étaient des couleurs sombres, le noir, le bleu marine, le gris. La découverte de mes couleurs Printemps, les rose saumon, turquoise, vert prairie, jaune soleil, rouge coquelicot a été une révélation et m’a amenée à de vrais pas de liberté en osant exister telle que je suis dans cet environnement. Cette approche a été puissante et transformante pour moi, elle est venue compléter tout un chemin que j’avais pu faire en développement personnel, et m’a amenée à révéler ma féminité. A ce moment-là je me formais pour être psychothérapeute, et j’ai vu dans cette approche par la couleur un moyen à la fois léger et profond d’accompagner les femmes à être davantage elles-mêmes. J’ai donc suivi la formation professionnelle, et je me suis lancée en 2021, d’abord en parallèle de mon métier de consultante, puis à temps plein.


En quoi consiste ton travail ?


Mon métier consiste à accompagner les femmes à se reconnecter à elles-mêmes et révéler leur beauté singulière. Dans mes ateliers je crée l’espace et les conditions pour que la personne puisse faire un pas de côté par rapport à sa manière habituelle de se percevoir, et à poser un nouveau regard sur elle, sa beauté, ses talents, ses richesses intérieures et sa singularité. Cela peut amener une véritable transformation, et d’ailleurs la méthode à laquelle je me suis formée s’appelle la Métamorphose. Une cliente me disait l’autre jour, je suis venue vous voir car une amie a fait un atelier avec vous, et quand je suis entrée dans la pièce à une soirée je ne l’ai pas reconnue ! Le simple fait de changer la gamme de couleurs qu’elle portait avait vraiment fait éclore quelque chose de sa féminité.


Comment se déroule un accompagnement ?


Un accompagnement est un voyage, une expérience de la couleur. Nous prenons le temps, 2h30 en individuel et une demie-journée à une journée en groupe. La couleur est un monde et nous y entrons par étapes. Il y a le temps d’échange du début pour faire le point sur ce qui amène la personne à cet atelier. Souvent les motivations vont bien au-delà de simplement le fait de connaître ses couleurs, c’est qu’est-ce que cela va permettre : plus de confiance, prendre sa place, être plus unifiée… Nous avons ensuite une première approche des palettes de couleurs, où la personne se replonge dans son univers personnel de la couleur. Les couleurs sont un monde très émotionnel, et nous avons tous des couleurs interdites, ou des phases de couleurs que nous avons beaucoup portées. Nous avons pu être influencées par la manière dont nous habillaient nos parents étant petites. Après une halte autour d’un texte sur le fait d’être rayonnante, nous passons les tissus sous le visage de la personne. C’est un temps clé qui dure un peu plus d’une heure, où la personne exerce son regard à voir comment la couleur résonne avec elle, si la couleur prend le dessus ou est à son service, et à faire la part des choses entre une couleur qu’elle aime et une couleur qui lui ressemble. Puis nous partageons autour du descriptif de personnalité associé à la saison.




Comment vois-tu la femme ? La beauté ?


J’ai cette image que nous sommes des cathédrales de chair : nous sommes si vastes à l’intérieur, et c’est la lumière de Dieu qui réside en nous. C’est cette bonté de l’âme qui rend une personne véritablement rayonnante ! Le travail en atelier de colorimétrie est d’aller regarder la couleur du vitrail qui fait le pont entre le dedans et le dehors, et d’aller peut-être nettoyer les carreaux pour retrouver la couleur originelle. C’est mettre à jour la lumière singulière par laquelle s’exprime la Gloire de Dieu qui réside en chacune.


Pour toi, qu’est-ce que la féminité ?


J’ai à cœur de transmettre en atelier une féminité ajustée, qui se laisse être rayonnante avec beaucoup de simplicité. Être dans ses couleurs, être visible, ce n’est pas forcément être dans des couleurs vives, mais c’est être dans des couleurs qui se posent sur nous de manière très paisible. C’est très unifiant pour soi-même, et nous amène à nous réjouir profondément de ce que sont les autres, plutôt que de verser dans la comparaison. Ce chemin commence par faire le deuil de ce que je ne suis pas, et ne serai jamais, pour mieux accueillir mes contours, ce corps qui m’a été donné pour toute ma vie. Si je suis une pivoine, je pourrais préférer être un lys, c’est tellement plus beau, élégant, parfumé… certes mais moi je suis une pivoine jusqu’à la fin de ma vie, et il m’appartient d’accueillir pleinement la fleur que je suis pour être pleinement épanouie.


Un message à faire passer aux femmes ?


N’ayez pas peur de rayonner, le monde a besoin de votre lumière ! C’est Marianne Williamson qui dit “en laissant notre lumière briller, nous donnons aux autres la permission d’en faire autant”. Nous avons tous en tête des personnes inspirantes qui sont pleinement elles-mêmes et nous donnent envie de l’être davantage.


Merci Raphaëlle

Retrouvez Raphaëlle via son site internet https://www.atelier-raphaelle.com/


Comments


bottom of page