Le Lys (Lilium sp.)

« Comme un Lys au milieu des épines, telle est mon amie parmi les jeunes filles »

Cantique des Cantiques





En ce 8 décembre où nous célèbrons la Très Sainte Immaculée Conception de Notre Dame, quoi de plus téléphoné, me diriez-vous, qu’un article sur le Lys ?


Symbole de pureté et d’amour chaste, il compose bien souvent nos bouquets de mariées, laissant son parfum se mêler à celui de l’encens et de la cire fondue.


« Le parfum de la première poussée des lis et le parfum de leurs fleurs réjouissent le cœur de l’homme et suscitent en lui de justes pensées » nous enseigne Sainte Hildegarde dans Physica.

Belle illustration de la Théorie des Signatures, le Lys associe sa symbolique à ses propriétés médicinales.

Plaies, brûlures, abcès, ses pétales et son oignon offrent une nouvelle virginité à la sphère cutanée :

Plaies et contusions : Faire macérer les fleurs dans de l’eau de vie pendant au moins 6 heures, puis appliquer sur la zone.

Brûlures : Utiliser les pétales frais imbibés d’huile d’olive

Abcès, furoncles et panaris : Application de l’oignon du Lis cuit sous la cendre et renouveler toutes les 6 heures.[1]


De même, sainte Hildegarde nous délivre des indications très similaires, pour éliminer ce qu’elle appelle la lèpre blanche et que le Dr Wighard Strehlow traduit par éruptions cutanées[2] : « Prendre l’extrémité de la racine du lis, l’écraser vigoureusement avec du saindoux rassis, mélanger dans une coupe et verser dans un vase ; et si quelqu’un souffre de la lèpre blanche, le frotter souvent avec ce baume, préalablement réchauffé, et le malade sera guéri[3] »


Le Lys, artisan de la purification cutanée ? Oui, à condition de mettre le doigt sur l’origine psychique du trouble : ne dit-on pas que la peau est le miroir de l’âme ?

Là encore, et devrais-je dire là surtout, la Sainte Abbesse bénédictine nous offre une piste de diagnostic : c’est par l’intermédiaire de la peau que l’âme manifeste ses tourments et nous appelle à en prendre connaissance.


En cette période où nous cheminons vers Noël, où nous méditons le mystère de l’Incarnation, où nous nous réjouissons de la naissance de l’Enfant Sauveur, l’Eglise nous offre, en ce début d’Avent, la joie de célébrer le mystère de l’Immaculée Conception.


Nous qui sommes bien petits, acceptons de lui confier nos tourments, nos souffrances et répétant inlassablement : « Sainte Mère du Ciel, prenez moi par la main comme un petit enfant »

Le Lys n’en sera que plus efficace !


Très belle et Sainte fête de l’Immaculée Conception !



Eglise Notre Dame de Rochefort (détail)



Note de la rédaction : vous trouverez ici une histoire d'amour de la Vierge Marie révélée justement par un Lys:

https://www.lesecretdemarie.com/post/petite-histoire-d-un-fou-de-marie


[1] Dr J. Valnet – La phytothérapie – Editions Maloine 1986 (rééditer en livre de poche 2001) [2] Dr Wighard Strehlow – Les maladies de la peau selon Ste Hildegarde de Bingen – FX de Guibert 2016 [3] Ste Hildegarde de Bingen – Livre des subtilités créatures divines (Physica)