top of page

Se préparer à la Rencontre - 4

“Je n’aime pas Noël”, se dit la célibataire. Cette fête familiale lui rappelle douloureusement qu’elle n’a pas fondé son propre foyer. La foule grouillante des neveux et petits cousins l’agace. Qu’il est amer, ce sentiment d’échec ! Et cette idée lancinante qui rampe, tel un serpent venimeux : “Personne ne veut de moi. Je ne suis pas aimable”. Toute consolation est inacceptable, elle se mure dans son chagrin. La tentation est grande de se lancer dans une relation sans lendemain, juste pour se dire qu’on est encore désirable, juste pour conjurer la solitude. Un moment de faiblesse qui serait bien excusable : elle est si malheureuse !


Tenez bon : le Christ est là. Notre appui. Celui qui peut vous rendre fortscomme le dit saint Paul. Elle ne le voit pas ni ne l’entend, mais il est là. Il lui donne “un amour bâti pour toujours, [sa] fidélité est plus stable que les cieux.” Il attend, humblement, inlassablement. Lui, l’Enfant de la crèche, aime infiniment ce cœur brisé, endurci, car privé de la maternité rêvée. Il aime au-delà de tout ce qu’on peut imaginer.


L’Evangile en est la preuve : Rien n’est impossible à Dieu. La vieille femme stérile et la Vierge enfantent miraculeusement. Oui, certes, mais ça c’est l’histoire sainte ! Sa vie n’est pas une histoire sainte, loin de là ! Eh bien si. Une histoire sacrée même. Et s’il lui arrivait quelque chose de bien, après toutes ces galères ? Elle se prend à espérer, un peu. Jésus n’en demandait pas tant : il s’engouffre dans la brèche ! 


Elle ressort son chapelet et égrène ses amertumes au rythme des Ave. A l’école de Marie, elle apprend à accepter et consentir. C’est long, car la carapace est solide. Elle se rend compte qu’elle s’est endurcie progressivement, pour moins souffrir. Se laisser faire, c’est être fragile, pleurer, supplier, pour arriver un jour à dire avec elle : Voici la servante du Seigneur, que tout m’advienne selon ta parole.” Car il vient, l'Enfant consolateur !



Je vous souhaite un doux et paisible Noël, tout particulièrement à tous ceux qui sont seuls ou en souffrance. Vous êtes dans nos prières !



Les textes en italique sont ceux du 4e dimanche de l'Avent B.

Comments


bottom of page