Ne te cache pas, ne t'exhibe pas : rayonne !

Le sujet de la tenue vestimentaire féminine suscite généralement beaucoup de débats. Il y aura toujours quelqu’un pour vous trouver trop laxiste, ou, au contraire, trop sévère. Il n’est pas forcément facile de trouver un sain(t) équilibre dans ce domaine et, surtout, de persévérer sur ce beau chemin. Nous sommes dans un monde qui nous tire vers le bas, et dès que nous avons le désir de respecter certaines valeurs, certains standards, dans quelque domaine que ce soit d’ailleurs, nous pouvons vite nous retrouver marginalisées ou moquées. Ce n’est pas très encourageant, d’autant plus que cela arrive même dans des milieux catholiques, malheureusement. La décence et la pudeur sont très souvent dénigrées, rejetées, incomprises, alors que ces vertus sont si belles et mériteraient tellement d’être davantage mises en valeur et pratiquées !


Comme le disait Marcel Clément dans La joie d’aimer, “Tout ce qui est vraiment beau, vraiment grand, est exigeant“. Oui, le chemin de la modestie et de la pudeur n’est pas toujours semé de roses, mais le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ? Une femme qui s’habille de façon digne rend gloire à Dieu, aide les hommes à être chastes et forts, et se respecte elle-même. Ce n’est pas un sujet anodin : et si nous prenions le temps de réfléchir à cela et nous demander si notre garde-robe est véritablement une garde-robe de femme chrétienne, dont le corps est le Temple du Saint-Esprit ? Notre confort, nos goûts personnels, nos envies, nos passions ne sont pas de mauvaises choses en soi, mais ne doivent en aucun cas passer avant nos valeurs morales. Comme le disait le Cardinal Siri, “il existe des valeurs supérieures à maintenir, bien plus nécessaires que les commodités passagères”.


Mais alors, doit-on se cacher derrière des vêtements informes et s’enlaidir, sous prétexte de pudeur et de décence ? Non, bien au contraire ! L’Abbé Cras l’explique très bien dans La symbolique du vêtement dans la Bible : “Sans apparaître démodés ou décalés, mais en restant libres et toujours “revêtus du Christ”, les chrétiens choisiront donc une apparence digne et sobre, en même temps que joyeuse et belle, pour honorer un corps qu’ils ne veulent ni exhiber ni mépriser“. Vous le voyez, nous devons, encore une fois, trouver cet équilibre entre corps et âme, beauté et pureté, élégance et modestie. Pensons également à Notre-Dame, notre modèle : à chaque apparition, les personnes qui la voyaient disaient qu'elle était belle, magnifique, lumineuse, rayonnante ! Et pourtant, elle était très vêtue avec simplicité et modestie.


Rayonne ! C’est le titre de la chronique que je tiens depuis fin avril sur ce blog. Oui, nous avons le devoir, en tant que chrétiennes, de rayonner. Rayonner à l’extérieur, de façon visible par tous, notre joie intérieure, la paix d’une âme ancrée en Dieu, l’élégance de notre cœur, la beauté de notre pureté. On ne peut pas être belle uniquement à l’intérieur, comme l’explique si bien Claire de Saint Lager dans La voie de l’amoureuse : « Il n’est pas tout à fait juste de penser que seule la beauté intérieure compte. Si cette beauté intérieure est trop enfouie, trop invisible, elle ne se donne à personne. La beauté intérieure doit déborder à l’extérieur. Elle déborde dans le courage, dans la douceur, dans la joie, dans la tendresse, dans la vie de celle qui la porte. La beauté intérieure doit irradier tout l’être et se manifester avec son visage unique et merveilleux à l’extérieur. »


J’espère que chacune d’entre vous saura voir et comprendre l’importance et la beauté d’une femme modeste, élégante, pure et surtout rayonnante, souhaitant partager avec le monde les dons et les grâces reçus de Dieu. En ce mois de Marie, confions-nous à notre mère du Ciel, et prenons-la comme modèle de beauté pure et rayonnante !


Ces articles peuvent également vous intéresser : Que répondre à quelqu’un qui vous demande pourquoi vous ne portez que des jupes ? et En pratique : la modestie au quotidien.


Crédit photo : Pexels.