• Marie D

Marie, Immaculée Conception



Le 8 décembre, neuf mois avant la Nativité de Marie, l’Église fête Marie dans son Immaculée Conception. Le père André F. nous offre ici quelques éclairages sur cette fête mariale. Merci à lui !

___________________________




Ce qu’est la conception immaculée de Marie…


Que fête donc l’Église catholique le 8 décembre ? L’Église fête Marie qui est née totalement préservée du péché pour être la Mère du Sauveur.




Un dogme de l’Église catholique


Le 8 décembre 1854, le pape Pie IX proclamait :

« Nous déclarons, prononçons et définissons que la doctrine qui tient que la bienheureuse Vierge Marie a été, au premier instant de sa conception, par une grâce et une faveur singulière du Dieu tout puissant, en vue des mérites de Jésus Christ, Sauveur du genre humain, préservée intacte de toute souillure du péché originel, est une doctrine révélée de Dieu, et qu’ainsi elle doit être crue fermement et constamment par tous les fidèles ».


Autrement dit, pour accueillir le Fils de Dieu, Lui qui est parfait et pur, la femme ne devait avoir en elle aucune trace d’hésitation ou de refus. Dieu voulait un cœur sans obstacle, c’est-à-dire, sans péché, car ce qui allait arriver était d’une très grande importance.


Il avait besoin de préparer ce cœur par avance avec sa grâce.

D’ailleurs, c’est bien la salutation de l’Ange Gabriel :

« Réjouis-toi, comblée de grâces ! » (Luc 1).

Il n’a pas dit : « Tu seras comblée de grâces pour accomplir l’œuvre de Dieu ». Elle l’était déjà !


Si l’Église a pris tant de temps pour faire une telle affirmation, c’est qu’on a eu besoin de beaucoup de prières, et de répondre à beaucoup d’interrogations, notamment : « Comment Marie peut-elle être préservée, sauvée, du péché, si le Christ, qui enlève le péché du monde sur la Croix, n’était pas encore né ? »


Dans la foi, nous affirmons que la grâce reçue par Marie, celle d’avoir été conçue sans péché, est un fruit anticipé du pardon offert par Jésus sur la croix : Marie, conçue par l’union de son père et de sa mère, est immaculée, pure de tout péché, et préservée de cette séparation d’avec Dieu qui marque l’homme dès le début de son existence.




Un dogme porté dans la Tradition depuis des siècles


La décision de proclamer solennellement en 1854 l’Immaculée Conception de Marie n’est absolument pas une idée « moderne ».

Les Pères de l'Église exprimaient déjà cette doctrine. Par exemple :


- Saint Éphrem le Syrien (306-373) : « Pleine de grâce,… toute pure, toute immaculée, toute sans faute, toute sans souillure, toute sans reproche, toute digne de louange, toute intègre, toute bienheureuse, … vierge d'âme, de corps et d'esprit,… arche sainte… belle par nature, tabernacle sacré que le Verbe... a travaillé de ses mains divines, … complètement étrangère à toute souillure et à toute tâche du péché. »

- Amphiloque d'Iconium (évêque de Cappadoce au IVe siècle) : « Dieu a formé la sainte Vierge sans tache et sans péché. »

- Ambroise de Milan (340-397) : « Marie est sans défaillance, immaculée. »


On célèbre cette fête en Orient dès le VIIIe siècle. En Occident, c’est à partir du Xe siècle que cette dévotion se propage progressivement par toute l’Europe.




Marie, préservée par anticipation, quèsaquo ?


Essayons d’approfondir le sujet.

Notre Seigneur Jésus-Christ est notre Sauveur. Il est LE médecin de nos âmes : c’est Lui qui nous guérit de nos fautes ; Lui seul peut pardonner nos péchés et nous rendre saints.


Grosso modo, un médecin peut soigner (sauver) un patient de 2 manières différentes :


1. Une personne est déjà malade, elle est contaminée par un virus quelconque. Dans ce cas-là, il faut que le médecin lui donne un médicament.

C’est ce qui se passe avec le « commun des mortels » : nous avons été contaminés par le péché et Dieu nous a sauvés : son sang versé sur la croix est le médicament qui nous apporte la guérison.


2. Une autre façon de soigner c’est la prévention, c’est-à-dire, il empêche que la personne soit contaminée en lui donnant un vaccin, par exemple ! Dans ce cas-ci, même si tout l’entourage est contaminé par une maladie quelconque, la personne vaccinée est préservée.


C’est ainsi que le Seigneur a sauvé Marie. Par les mérites de sa Passion, par sa Croix, Dieu l’a préservé de la tâche du péché originel, et cela par anticipation.




Marie préservée du péché, pourquoi ?


On peut se demander : « Pourquoi Dieu a-t-Il fait cela ? »

Dans son amour et son plan de salut pour l’humanité, Il voulait que le salut entre dans le monde de la même manière que la perdition est entrée dans le monde.


Si je vous parle d’une femme, immaculée, vierge, fiancée à un homme, visitée par un ange… vous pensez à qui ? A Marie, probablement !

Oui, mais pas seulement… On peut penser à Eve également : c’était bien une femme, vierge, sans péché, qui allait connaître Adam… et l’ange, c’est Lucifer.

Eve est le symbole de la chute, Marie est le symbole du relèvement, du salut.

Marie, elle aussi était une femme, vierge, promise en mariage à Joseph, et a reçu la visite de l’ange Gabriel.


Par Eve la perdition est entrée dans le monde.

Par Marie, le salut est entré dans le monde.




Marie, porte du Ciel


Le 8 décembre, nous fêtons la beauté de la porte que Dieu a utilisée pour entrer dans le monde.


Jésus est de fait le seul médiateur entre Dieu et les hommes ! Les protestants ne cessent de nous le rappeler, et nous sommes tout à fait d’accord avec eux.


Mais Marie, nous l’appelons la « médiatrice de toutes les grâces », comment cela ?

Jésus est seul médiateur, de nature humaine et divine, Il relie le Ciel et la terre. Mais nous devons le dire : le Sauveur est entré dans le monde par Marie.


Marie nous donne Jésus, et Jésus nous donne toutes les grâces !


Quand l’ange Gabriel vient vers Marie, il dit :

« Ave, pleine de grâce ! » (Lc 1,28).

En aucune page de la Bible, un ange ne fait l’éloge d’un être humain : Gabriel est surpris de trouver dans un cœur humain un amour si pur, si ardent pour Dieu, et même plus ardent que celui des anges. En admiration il s'exclame : « Ave, pleine de grâce, pleine d’amour ».


Ce cœur qui aime Dieu n’est pas seulement le cœur d’un être humain, c’est le cœur de notre Mère, et Dieu nous l’a donnée pour Mère :

« Voici ta Mère ! » (Jn 19,27).

Comment rester insensible à une mère qui, de façon si généreuse, nous fait du bien ?


Marie aime Dieu, elle reste auprès de lui, sans jamais nous quitter. Elle nous prend sous sa protection ; de façon particulière elle nous protège contre le démon.

Elle écrase la tête du malin, et elle gagne la bataille. Sa bataille est celle de Dieu.

Gn 3, 14-15 : « Le Seigneur Dieu dit au serpent : "Parce que tu as fait cela, tu seras maudit parmi tous les animaux… Je mettrai une hostilité entre toi et la FEMME, entre ta descendance et sa descendance : celle-ci te meurtrira la tête, et toi, tu lui meurtriras le talon." »


Marie écrase la tête du serpent avec sa descendance – avec son Fils Jésus –, mais aussi avec son amour de Mère : la plus grande arme pour vaincre le mal c’est d’aimer Dieu.


A l’exemple de la Vierge Marie, aimons le Seigneur de toutes nos forces.
Demandons sa protection de Mère afin que nous soyons libérés du mal.
Désirons être saints, comme Dieu est saint. Amen.

Père André F.



___________________________


Pour méditer en nos âmes avec la sainte Vierge Marie, un coup de cœur musical ici : https://www.youtube.com/watch?v=KmxEc763acg&t=32s


Pour trouver la liste des articles parus au sujet de la Vierge Marie sur ce blog, cliquez sur le mot-clé "Marie".


Belle fête de l'Immaculée Conception !