L'élégance et la décence sont-elles objectives ?


Cela fait maintenant un peu plus d'un an que j'écris ici mes chroniques. Quelle joie de pouvoir réfléchir avec vous à tous ces sujets qui me tiennent à cœur, notamment la tenue vestimentaire féminine & chrétienne. C'est un sujet finalement assez peu abordé à notre époque, alors que nos vêtements conditionnent beaucoup de choses ! Les nombreux témoignages que je reçois à ce sujet ne font que confirmer l'impact de nos choix vestimentaires sur tous les aspects de notre vie. Et dans un monde où le Vrai, le Bien et le Beau n'ont plus leur place, sont foulés aux pieds ou même moqués, il est important de les réhabiliter, et de réfléchir à la façon dont nous pouvons les appliquer dans notre vie, à tous les niveaux. C'est évidemment très exigeant dans notre société, et cela nous demander du courage d'aller à contre-courant du culte de la médiocrité, de l'égoïsme et du relativisme.





Le relativisme, parlons-en : c'est l'un des grands maux de notre époque. Chacun peut penser ce qu'il veut, faire ce qu'il veut. La vérité ne serait pas objective, elle dépendrait de notre humeur, de nos sentiments, de ce qui nous arrange, de ce que l'on nous dit dans les médias. Chacun se fabrique sa propre vérité. En tant que catholiques, nous savons qu'il y a une Vérité et qu'elle est immuable : "Je suis la Voie, la Vérité et la Vie" (Je, 14, 1-6). Mais entre savoir une chose et l'appliquer, il y a une différence. Personne n'est à l'abri de choisir ce qui l'arrange et de rejeter le reste.





Comment le relativisme se manifeste-t-il en ce qui concerne notre façon de nous habiller ? Tout d'abord, vous avez sans doute remarqué qu'à notre époque, chacun fait à peu près ce qu'il veut en matière d'habillement. Sauf cas particuliers, on peut à peu près tout porter, sans contrainte, et sans crainte de représailles (à quelques exceptions près, bien sûr). Mais disons que, globalement, chacun fait un peu ce qu'il veut dans ce domaine. Ce n'est pas un mal en soi, car chacun a ses goûts, sa personnalité, sa morphologie, et tant mieux si nous pouvons les exprimer et les mettre en valeur à notre manière. Cependant, certaines personnes oublient parfois qu'elles vivent en société et que, par conséquent, elles doivent aussi prendre en compte les autres dans leur choix : veiller à être soignée et propre par exemple, mais aussi observer les règles élémentaires de décence.





Parlons justement de la différence entre la pudeur et la décence. La pudeur est un sentiment personnel, qui varie d'une personne à l'autre (exemple : vous vous sentez "toute nue" si vous portez un pantalon moulant, alors que votre voisine se sentira peut-être très à l'aise en mini-short et crop top). Nous voyons bien qu'une même tenue peut faire rougir une personne et pas une autre. Dans une société où la nudité est devenue monnaie courante (publicités, films, réseaux sociaux, mais aussi transports en commun ou centre-ville, tout simplement), notre sens de la pudeur va globalement diminuer. À force de voir de la nudité partout, on finit par ne plus faire attention, s'y habituer, voire la copier sans le vouloir. Il peut aussi y avoir une tendance à se comparer aux autres : cette fille porte une robe qui laisse voir sa culotte, la mienne s'arrête à mi-cuisse donc tout va bien. C'est une sorte de relativisme. Et vous vous dites même, peut-être, que jamais vous ne franchirez certaines limites.





Et pourtant... La nature humaine est ainsi faite, que nous allons toujours chercher à aller plus loin, à transgresser les interdits, mais aussi à nous calquer plus ou moins consciemment sur ce qui nous entoure et ce que nous voyons au quotidien. Je vous parlais de la pudeur qui varie d'une personne à l'autre, mais qu'en est-il de la décence ? Elle est, quant à elle, tout à fait objective. Bien sûr, certains de ses aspects peuvent varier. Tout d'abord en fonction du contexte : être en sous-vêtements devant son médecin n'est pas indécent, l'être au bureau, oui. Elle varie également selon les cultures et les époques également (on parle souvent de celle où les chevilles de ces dames étaient très érotisées). Cependant, le rôle de la décence a toujours été de protéger ce qui devait l'être, et de dérober à la vue du commun des mortels les parties intimes d'une personne, celles qui sont réservées...à l'intimité. Non, les sous-vêtements ne suffisent pas ;-) Car montrer ses cuisses, par exemple, ou arborer un décolleté plongeant, vont avoir une grande puissance de suggestion, qui vont faire autant de dégâts que de tout montrer. De même, porter des vêtements moulants ou transparents, qui, techniquement, couvrent notre corps, se révèle, en réalité, complètement indécent.





Notre corps est le Temple du Saint Esprit. Si nous sommes des femmes, il est d'autant plus sacré que nous avons en nous la possibilité de porter la vie. Dieu va Lui-même intervenir pour insuffler le souffle de vie dans le petit être que nous portons si nous sommes enceinte un jour ! Comment, si nous avons conscience de tout cela, ne pas vouloir, à tout prix, protéger notre corps et le garder pur et chaste, quel que soit notre état de vie d'ailleurs ? L'article d'aujourd'hui a pour but de nous faire réfléchir : est-ce que je m'habille réellement d'une façon chrétienne, ou est-ce que je m'habille selon les critères du monde ? Je me sens bien dans mes vêtements, mais est-ce que, objectivement, ils révèlent au monde ma dignité de fille du Roi des rois ? Sachons examiner notre conscience et faire un petit tri de garde-robe si nécessaire :-)





Afin de conclure cet article, je voulais vous informer que la deuxième collection de robes et accessoires Femme à part était d'ores et déjà disponible, sur la boutique en ligne. Vous trouverez un choix de 11 modèles d'été, ainsi que les bandeaux et chouchous assortis pour être véritablement élégante :-) Bonne découverte !


Crédit photo : Femme à part.