Les plantes de la femme

Après avoir vu les plantes qui peuvent être utiles à la jeune fille, nous avons un peu pour regarder ensemble ce qui pourrait aider une jeune femme dans chaque état de vie.



1) La jeune pro


Celle qui enchaine les week-ends après des semaines chargées, celle qui a moins de charge et pense donc n’avoir pas besoin de prendre soin de son organisme, et pourtant … combien de jeunes femmes, vues en visio, sont déjà complétement vidées.

Le premier secret est l’alimentation, un rythme de vie ordonné mais parfois et même souvent il faut un peu enchainer et c’est là que les plantes vont être utiles.

Les plus intéressantes ici vont être les plantes adaptogènes et les plantes reminéralisantes. Les premières pour permettre de tenir le rythme sans pour autant épuiser ses réserves et les secondes pour justement combler ces réserves.

On pourra utiliser la maca pour celle qui est vidée… qui a tout donné, oublié de bien manger, et qui a même des répercussions sur son cycle.

L’ashwagandha pour celle dont la thyroide n’est pas au top, qui a besoin d’un regain d’énergie.

L’éleuthérocoque pour celle qui a un travail pro particulièrement stressant et prenant ou qui enchaine les grosses échéances.

Elles s’utilisent en poudre ou en gélules ce qui convient bien pour un rythme de vie dense.

Les plantes reminéralisantes sont utiles pour refaire les « stocks » et éviter ainsi les carences, l’ortie est vraiment très riche, on retrouve aussi la luzerne ou le trèfle rouge qui auront un tropisme particulier pour celle qui a un cycle plutôt plat avec peu de glaire.

Le romarin ne peut être, à proprement parlé, classé dans les plantes reminéralisantes, mais il peut permettre de remplacer le café du matin. Il est aussi très interessant pour stimuler la microcirculation cérébrale et vous permettre d’arriver bien réveillées au travail.



2) La jeune femme enceinte


Période particulièrement importante puisqu’il s’agit d’avoir suffisamment de réserve pour faire grandir un tout petit et éviter de se retrouver épuisée.

Premier point à ne pas négliger, le complément spécial grossesse, qui reste bien utile même si c’est aujourd’hui un vrai produit de marketing. Il faut y retrouver le moins de cochonneries possibles, mais surtout de l’acide folique (dégradé c’est mieux), et des molécules telles que le zinc, le sélénium, l’iode, et les vitamines B. Attention aux suppléments contenants du Fer, celui-ci a beaucoup d’éléments avec lequel il ne fonctionne pas comme le cuivre, le calcium etc… (petites marques bien : ergynatal, boome ou manutra)

Molécule intéressante aussi : la Magnésium qu’on choisira dans une bonne forme comme le citrate ou le bisglycinate pour une meilleure absorption.

Et les plantes alors : On retrouve notre ortie à laquelle on pourra ajouter dès la fin du 2 ème mois de grossesse le framboisier en infusion régulière qu’on intensifiera en fin de grossesse. (une tasse de temps en temps jusqu’au 8 ème mois puis jusqu’à 4 tasses pour la fin de la grossesse)

Le gingembre sera le bon ami de vos nausées de début de grossesse, on laissera infuser 1 cac de rhizome frais râpé dans une tasse d’eau chaude 10 min, 3 tasses par jour max !

La grossesse n’est pas une période où la plante devient dangereuse, il faut seulement bien savoir l’utiliser et elle rendra de grands services. Les bourgeons ne sont pas a négliger, on en prendra 8 gouttes max par jour, par exemple le figuier sera très utile en fin de grossesse pour aider lorsqu’il y a des reflux gastro-œsophagiens.


3) La jeune femme allaitante


L’allaitement est une période très importante pour le bébé et sa maman, moment d’attachement et de maternage intensif !! Comment faire si justement il devient pesant psychologiquement : on pourra continuer de bien se reminéraliser pour éviter de trop puiser dans nos propres réserves.

Mais il est important aussi de ne pas négliger le côté « charge mental » avec l’arrivée d’un tout petit, c’est là que les plantes adaptogènes vont être vraiment intéressantes (si elles ne sont pas utilisables pendant la grossesse, en revanche elles sont tops pour l’allaitement.). On a par exemple l’ashwagandha : pour aider à être bien en forme et gérer le stress au quotidien, l’éleuthérocoque pour la maman étudiante qui doit vite retrouver ses neurones… La maca sera particulièrement intéressante pour une maman déminéralisée. Bref vous voyez que vous avez du choix !! profitez-en donc pour chercher LA plante qui sera parfaite pour vous.

Dans les plantes en poudre on trouvera aussi le moringa, très riche et qui a un tropisme pour booster la lactation. Cela me permet ici de vous parler des plantes galactogènes, il y a bien sûr le fenouil, connu de tous, mais on peut aussi penser au framboisier qui épaissit le lait, au houblon qui va permettre à la maman de retrouver de la sérénité… là encore c’est infini !!


4) La maman


Il s’agit maintenant de tenir dans la durée, retrouver des cycles qui soient faciles à vivre au quotidien, sans chute d’humeur, sans douleur. Chaque femme en observant son cycle et en notant aussi les à-côtés (humeur, libido, douleurs, désagréments…) pourra se faire une idée assez précise de son imprégnation hormonale et choisir en fonction ce qui lui sera utile.

Les plantes adaptogènes peuvent ici être prises en cures régulières, en fonction des périodes de fatigue, les plantes comme le romarin, qui soutient le foie et donne la pèche sont à garder dans vos placards, l’ortie de même, des plantes riches en vitamine C etc…

En aigu on pourra se tourner vers les huiles essentielles : l’épinette noire qui redonne du courage, la marjolaine à coquille qui permet de rester attentive à cet enfant qui redemande pour la 5ème fois la même explication, la menthe poivrée pour les migraines… bref… cela ne sert à rien d’avoir des placards trop remplis, mais avec quelques plantes on arrive à trouver un équilibre du quotidien plus léger.

Le corps d’une maman est mis à rude épreuve par les grossesses, l’allaitement mais aussi par un quotidien bien dense et toujours très donné. A nous de prendre le temps de l’écouter pour l’aider au mieux à fonctionner. Car une maman qui prend soin d’elle n’est pas une femme égoïste, mais bien une maman qui pourra aller plus loin et faire encore mieux ce qu’elle doit accomplir.


Nous verrons le mois prochain comment les plantes peuvent accompagner aussi le passage vers la ménopause, période souvent bien négative alors qu’elle devrait être vue comme un passage vers une plus grande liberté.